Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur: Mot de passe:

» Voir la page de ce groupe

  • Page:
  • 1

SUJET: La sexualité est-elle un désir ou une mode ? Synthèse réalisée par Alix et Justine – 6GD – Séance du 17 10 16

La sexualité est-elle un désir ou une mode ? Synthèse réalisée par Alix et Justine – 6GD – Séance du 17 10 16 il y a 2 ans 2 mois #1

  • Golinvaux Elisabeth
  • ( Modérateur )
  • Portrait de Golinvaux Elisabeth
  • Hors ligne
  • Modérateur
  • Messages: 17
  • Remerciements reçus 3
Le sexe est considéré comme plus simple qu’il n’en a l’air, il est vu comme :
-un simple acte à franchir,
-un besoin,
-une distraction,
-etc.

Mais en a-t-on envie – est-ce un désir ? Ou voulons-nous être comme tout le monde – est-ce une mode ?
Est-ce l’effet de groupe ? Faire l’acte sans vraiment le vouloir, juste pour être comme les autres ? (effet moutons).

Pourquoi avons-nous besoin d’être comme tout le monde ?
Peut-être pour ne pas se sentir/être rejeté, différent, ne pas être jugé, pour ne pas entendre : « Tu ne l’as pas fait ! Nous oui… ». Celui qui est « rejeté » veut être intégré. Le sentiment, le besoin d’appartenance prime sur le fait d’avoir peur, de ne pas vouloir se dénuder, etc..

Pourquoi avons-nous ces grandes peurs et faut-il les affronter pour appartenir au groupe ?
On a peur car pour franchir le pas pour passer à l’acte, il faut de la confiance en soi, aimer la personne avec qui on le fait. Si notre tradition familiale, par exemple, nous spécifie un certain âge ou autre et que les traditions de nos amis sont différentes cela peut créer un conflit de loyauté.

Comment remédier à ce conflit de loyauté ?
Il faut en parler calmement avec nos parents, sans s’énerver car si le ton monte, il est impossible d’arriver à quelque chose de bien ; ou bien faire comme on veut et il ne faut pas essayer de plaire à un des deux groupes.

Et si nous sommes rejetés en faisant comme on veut ?
Alors il vaut mieux choisir sa famille car cela signifie que les amis ne sont pas de bons amis et contrairement à eux, la famille sera toujours là. Les amis nous influencent juste comme ça, parfois sans spécialement vouloir notre bien ni notre mal, mais la famille, elle, veut toujours notre bien. En plus d’être notre cocon, notre famille est en quelque sorte notre « ami ».
Si nous n’avons pas de frère et sœur, il vaut mieux favoriser nos amis, car il n’y a personne de notre âge.
Tout de même, il s’agit de notre vie, c’est nous qui en décidons et c’est à nous qu’elle doit plaire ! Il faut le faire quand nous sommes prêts et pas à cause des autres ; notre désir passe avant ce qu’on nous dit de faire.

Quelles sont les conséquences si nous le faisons sans être prêts ?
Dans les cas extrêmes nous pouvons être dégoutés, ou bien simplement ne pas apprécier et l’autre personne non plus. Nous pourrions éprouver des regrets, car nous n’avons pas suivi nos valeurs, nos convictions, nous pourrions aussi avoir mauvaise conscience et nous y penserions tout le temps.

Pourquoi prendre ce risque pour être dans un groupe ?
Nous n’avons pas envie de nous retrouver seul, la solitude tue. De plus, on nous incite sans cesse à le faire.
Mais il vaut mieux se faire rejeter et trouver d’autres amis qui nous acceptent comme nous sommes. « Il vaut mieux être seul que mal accompagné », rester seul plutôt que de prendre des risques pour être accepté.
Nos amis ne doivent pas nous inciter à le faire s’ils savent que nous avons des valeurs ou des convictions différentes des leurs.
Par contre, si nos amis ne nous obligent pas à prendre ce risque mais nous y incitent simplement car ils veulent qu’on ressente le même plaisir qu’ils ont eu, s’ils font pression pour nous faire vivre un plaisir qu’ils ont appréciés, ce n’est pas mal.
Nous ne prenons pas toujours le risque à cause de la pression ou parce qu’on nous incite à le faire mais parfois aussi car nous nous sentons inférieurs, par exemple : si nous sommes le seul à ne pas l’avoir fait, d’une certaine manière, nous nous mettons la pression à nous même.

Pourquoi voulons nous être comme notre/nos ami(s) ?
Pour vivre la même expérience que lui/qu’eux.
Nous n’avons pas envie de nous sentir inférieurs ou de trouver nos amis supérieurs car ils ont fait d’autres choses que nous ou mieux que nous.

Et la mode est-elle une invitation ou une pression ?
Dans notre société tout est perverti notamment la mode, les clips vidéos et les paroles des chansons, notre façon de nous habiller, etc. D’ailleurs les filles sont dévêtues dans les clips et nous trouvons cela normal et donc nous voulons faire la même chose que ce que nous voyons ; « les autres le font alors moi aussi ! »
Cette mode exerce une certaine pression et nous devons avoir une force de caractère afin de ne pas la suivre au pied de la lettre. Même si ça peut être difficile d’avoir cette force de caractère, car la mode nous met une pression indirecte, et nous voulons donc ressembler à ceci, cela.
Il y a même certaines publicités choquantes, avec des caractères sexuels indirects.

La sexualité signifie-t-elle pour vous juste avoir une relation sexuelle ? Se réduit- elle à ça ?
Ce sont également des marques d’amour, d’affection, les sentiments, quelque chose de fort pour quelqu’un que nous aimons.
Il y a deux façons de faire l’amour :
- de façon « animale », pour satisfaire ses envies OU
- le faire car nous aimons une personne et nous nous préoccupons également de son plaisir.
Dernière édition: il y a 1 an 8 mois par admin.cafesphilo.org.
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.
  • Page:
  • 1
Modérateurs: Golinvaux Elisabeth

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus