Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur: Mot de passe:

» Voir la page de ce groupe

  • Page:
  • 1

SUJET: A quoi tient le goût de la vie ? Sujet proposé par Marie-France pour lundi 27.07.2020

A quoi tient le goût de la vie ? Sujet proposé par Marie-France pour lundi 27.07.2020 il y a 2 semaines 4 jours #1

  • René G.
  • ( Modérateur Global )
  • Portrait de René G.
  • En ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 782
  • Remerciements reçus 35
A quoi tient le goût de la vie ?

Merci Marie-France pour la proposition de ce sujet et pour la mise à disposition du dossier de Philomag.

Proposition : Dans le principe, après une introduction que tu souhaites brève, à chacun de s'approprier la question de départ, et de l'aborder selon l'angle par lequel il se sent le plus interpelé.

Ressources
- A quoi tient le goût de la vie ? L'émission, "Grand Bien vous fasse", de France Inter.

- Le dossier de Philomag :
- De l’avantage d’être né. L’éditorial du dossier par Alexandre Lacroix.

- La vie bonne, mode d’emploi.
C’est le sommaire du dossier, ou comment la joie, le bonheur et le plaisir donnent naissance à des philosophies différentes :
> l’abandon joyeux
> la joie créatrice
> les hédonistes chrétiens, les hédonistes raisonnés, ceux athées et les eudémonistes vertueux.
> et les éthiques du plaisir.
Eléments de définition : L’eudémonisme (du grec : εὐδαιμονία / eudaimonía, « béatitude ») est une doctrine philosophique posant comme principe que le bonheur est le but de la vie humaine. Il se différencie de l'hédonisme, doctrine qui fixe le plaisir et non le bonheur comme but de la vie humaine. (Source Wiki).

- Et s’il en fallait très peu.
Le goût de la vie s’éprouve-t-il quand tout va bien, dans la tranquillité ou, au contraire, dans la poursuite des plaisirs ? La question, qui agitait les penseurs de l’Antiquité grecque, pourrait peut-être trouver une réponse inattendue.

- Le sel du rituel
De la tasse de café à la transpiration due à une activité sportive, des mots croisés en couple à la méditation, six philosophes contemporains évoquent leur habitude la plus précieuse.

- L’épreuve du négatif
Les épreuves, les séparations, les deuils… en un mot le négatif vient-il exacerber en nous l’attachement à la vie ? Ne se sent-on jamais exister aussi intensément qu’après une traversée des ténèbres ? C’était la grande idée des romantiques. Inspirés par Hegel, Nietzsche et Kierkegaard, les philosophes Catherine Malabou, Dorian Astor, Vincent Delecroix et François Jullien dessinent chacun une voie singulière pour faire face à l’exploration de la vie par les gouffres.

- L’art de ne pas se laisser amoindrir
L’amour, la jeunesse, la révolte, le romantisme : voici les angles saillants de la passion pour la vie que partagent le professeur et militant Philippe Mangeot et l’essayiste Annie Le Brun. L’un a été le coscénariste du film 120 battements par minute, l’autre est une spécialiste du surréalisme et de Sade. Leur échange est une invitation à ne pas succomber au poids de la société.

Pour aider à la structuration du débat
Le plus souvent, le débat se cherche tout en s'élaborant au fur et à mesure des interventions. Mais voici quelques indications pour aider à cette co-construction et minimiser ainsi le risque de dispersion :
- On met en lien son intervention avec la question de départ.
- On s'efforce d'expliquer (de rendre claire) les raisons de sa pensée,
- L'idée est d'essayer de faire progresser le débat, c'est-à-dire, d'en clarifier les enjeux (sociaux, philosophiques, éthiques...).
- Pour cela, on peut essayer d'identifier les présupposés à partir desquels les propositions sont faites,
- On peut également repérer les thèses (les idées défendues), formuler les problématiques (les contractictions) qui sous-tendent soit les idées défendues, soit les argumentations.
- Dans la mesure du possible, on évite de se répéter, de donner des conseils, de faire la promotion de ses convictions sans les questionner.
- On n'hésite pas à poser des questions et/ou à questionner les propositions. B)
- On part du principe que chacun est grand et qu'il est le souverain de sa propre personne. Autrement dit, personne n'est le mâitre de personne.

De quoi se nourrit le goût de vivre ? 
De quelle manière ce goût construit-il ce que nous sommes ?
 
Dernière édition: il y a 3 jours 3 heures par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.
  • Page:
  • 1
Modérateurs: admin.cafesphilo.org

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus