Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur: Mot de passe:

» Voir la page de ce groupe

  • Page:
  • 1

SUJET: L’intimité, est-elle faite pour le rester ? Ou de l’extimité. Sujet du lundi 14.01.2019 + un bref compte-rendu.

L’intimité, est-elle faite pour le rester ? Ou de l’extimité. Sujet du lundi 14.01.2019 + un bref compte-rendu. il y a 4 mois 1 semaine #1

  • René G.
  • ( Modérateur Global )
  • Portrait de René G.
  • Hors ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 696
  • Remerciements reçus 32
L'intimité, est-elle faite pour le rester ?
Ou de l’extimité.

Définition :
Du latin « intimitus » superlatif de « inter ». Inter, c’est l’intérieur ; l’intimitus, c’est le plus intérieur de l’intérieur.

Renaud Barbaras distingue 3 niveaux d’intimité :
1) L’intimité existentielle : C’est la sphère privée qui comprend les proches (familles, amoureux, le cercle des intimes) avec lesquelles on construit son intimité.
2) L’intimité singulière ou psychologique : au sein du psychisme, elle renvoie à une histoire ressentie comme unique, non accessible directement à autrui. Dimension dans laquelle je me reconnais, mais qui est difficile à exprimer en raison de résistances linguistiques (les mots pour se dire) et psychologiques (les difficultés à se reconnaître à soi-même). Cette dimension renvoie au « Moi profond» au sens où il échappe aux généralités d’un discours vu de l’extérieur : on se reconnaît rarement dans un discours social, et on ne se réduit pas au discours social qui est tenu sur soi.
3) La subjectivité comme telle. Le cogito (où il n’apparaît finalement rien, sinon la prise de conscience de sa réflexivité). Ce qui m’apparaît d’abord à moi-même, et qui laisse supposé qu’il y a une profondeur derrière les premières émergences de ce qui apparaît à soi-même.

Extimité :
Serge Tisseron en 2001 : « Je propose d'appeler "extimité" le mouvement qui pousse chacun à mettre en avant une partie de sa vie intime, autant physique que psychique. Ce mouvement consiste dans le désir de communiquer sur son monde intérieur. Mais ce mouvement serait incompréhensible s'il ne s'agissait que "d'exprimer". Si les gens veulent extérioriser certains éléments de leur vie, c'est pour mieux se les approprier en les intériorisant sur un autre mode grâce aux échanges qu’ils suscitent avec leurs proches. L'expression du soi intime - que nous avons désigné sous le nom "d'extimité" - entre ainsi au service de la création d'une intimité plus riche.

Pour Michaël Foessel, l’intimité se différencie de l’intime. L’intimité c'est soi dans un rapport à soi-même ; l’intime se réfère à un soi partagé avec un autre.

Des questions :
- L’intime en nous est-il appelé à se révéler ? Oui, non et pourquoi oui ou non ?
- Quelle cause (ce qui motive) ? Quel effet sur soi, quelles conséquences sur son environnement relationnel de l'intimité révélée ?
- Reality show, confession intime, traçabilité internet, vie privée des personnalités sur la scène publique, vie privée sur les réseaux sociaux : partage de la photo de son repas, des premiers pas de son enfants….) Ce que le monde moderne fait à l’intime en nous. Nous prive-t-il de notre intimité, lui donne-t-il une reconnaissance, nous vide-t-il de notre substance ?
- Est-ce son intimité que l'on révèle chez un thérapeute, chez un médecin, chez un sexologue ?
- La transparence, est-ce être sans intimité ? Où poser les lignes de départage ?
- Connaître ses origines lorsqu’on est né sous x, est-ce révéler l’intimité des géniteurs qui voulaient la garder secrète ?
- Alexandre Jolien (marié et père de 3 enfants) se sent attiré par le corps d'un jeune homme. Il se demande s'il faut en parler, et choisit de le faire. Est-ce de l'exibisionnisme ou de l'intimité partagée ?
- Yann Moix avoue dans une interview son rejet des femmes de plus de 50 ans, est-ce révéler son intimité ?
- Selon Michaël Foessel, l’intime, c’est ce qui est le plus intérieur, et le plus intérieur à soi, c’est la conscience. L’intime échapperait donc à tout regard, sauf le sien (ou celui de Dieu, selon Saint Augustin). Oui, non, pourquoi ?

Des ressources à voir ou à écouter :
- Serge Tisseron. Une courte vidéo sur l'extimité, ou l'avantage de l'anonymat sur internet (3.36mn).
- Faut-il craindre un avenir sans intimité ? La grande Table. France Culture
- Alexandre Jolien à la Grande Librairie (sur le site perso de Jolien)
- Blogs-extimes. Le doc de France Culture.
- Phénoménologie de l'intimité. Conférence de Renaud Barbaras.
- La réponse d'Anne Roumanoff à Yann Moix. Europe 1
- Sophie Gourion, auteure de "Tout à l'égo" analyse la réponse de Yann Moix. Huffingtonpost.
- Julie Hamaïde, fondatrice du magazine "Koï" analyse le goût des asiatiques de Yann Moix. France Info.

Ressources à lire :
- Continuer à lutter pour l’intime, qui diffère du droit à la vie privée. Michaël Foessel interviewé dans Libération.
- La trivialisation de l’intime. Michaël Fœssel. Revue Esprit.
- Interview d'Alexandre Jolien. La Vie.
- Intimité et extimité. Serge Tisseron. Le Cairn.
- Le procès fait à l’intime. Alain Cugno. Le Cairn.
Dernière édition: il y a 4 mois 6 jours par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.

L’intimité, est-elle faite pour le rester ? Ou de l’extimité. Sujet du lundi 14.01.2019 il y a 4 mois 6 jours #2

  • René G.
  • ( Modérateur Global )
  • Portrait de René G.
  • Hors ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 696
  • Remerciements reçus 32
Bonjour,

Juste quelques notes par rapport à notre débat.

Nous étions près d'une trentaine de personnes. Les échanges étaient intéressants. Quelques participants semblaient plutôt révoltés du débalage de l'intimité sur les réseaux sociaux, d'autres y voyaient plutôt un mouvement, celui qui permet de s'approprier soi, précisément parce qu'on s'en trouvait empêché dans son environnement proche (maladie, environnement relationnel fermé, réduit). C'est aussi une autre manière d'entretenir sa socialisation avec des amis que la vie nous laisse moins le temps de voir.

Une question reste ouverte : S'approprier soi, d'accord, mais jusqu'où faut-il se dire ? Faut-il tout dire ? Y-a-t-il des manières de se dire pour s'approprier soi ? A quelle fin dernière, on s'approprie soi-même ? Si au départ, il s'agit de mieux se connaître, à l'arrivée, quel est le but vraiment ?
A tout dire, finit-on par n'avoir plus rien à dire en raison du fait de s'être vidé de toute intériorité ?

Savons-nous de quel moteur se meut l'extimité, ce mouvement du dedans vers l'extérieur ? Principe de socialisation, besoin de reconnaissance, certes, mais encore ? Faisons-nous la différence entre l'intime, le précieux, le vulgaire, le privé, le pulsionnel, les sentiments, les émotions ? Que mettons-nous en jeu dans notre relation à autrui ? Comment voulons-nous relier à l'autre ? Devons-nous nous soucier de traiter autrui comme nous aimerions qu'il nous traite aussi ? Pour s'approprier soi, dans quelle mesure convient-il d'être bienveillant avec soi-même, et de supposer également une bienveillance de la part de ceux qui nous écoutent ?

Les cercles d'amis proches et ceux du virtuel. Si les premiers nous permettent d'éprouver nos relations (de les ressentir, de les vivre, de les partager dans notre être), les seconds sont-ils une école de l'universel ? En ce sens que les amis "virtuels" figurent une sorte d'apprentissage à une ouverture "symbolique" au monde, et sans condition ? On se trouve livré au "monde". Même si, en réalité, ce monde virtuel reste très délimité. Est-ce néanmoins une forme d'apprentissage à l'universel (aux universels) par le biais d'une ouverture au monde (c'est-à-dire en dehors des limites connus de notre environnement proche) ?
Serions-nous devant le fait que s'appartenir soi-même est en même temps un apprentissage à s'appartenir avec le monde ? Soi comme un autre, et avec les autres.
Dernière édition: il y a 4 mois 5 jours par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.
  • Page:
  • 1
Modérateurs: admin.cafesphilo.org

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus